CHAUFFÉS À BLANC POUR CARTONS ROUGES

CHAUFFÉS À BLANC POUR CARTONS ROUGES

 

– Et vous Médard, vous allez, au match ce soir ?

– Eh bien non, répondit Médard avec nonchalance, je ne serai pas au stade.

– Vous ne faites pas partie de la sécurité ? Vous allez rater la partie.

– Vous savez, moi, le foot… Flavia Dominici, la nouvelle commissaire, m’a laissé sur la touche, et c’est très bien comme ça. Et je n’ai pas insisté pour aller voir ce match.

– Alors je ne vous verrai pas ce soir ?

Médard se contenta de secouer négativement la tête.

– Ce match va apporter un peu de piquant à la ville, non ? Ça manque d’action ici, ironisa Jeannette. Moi, je serai aux premières loges et je vais faire un papier du tonnerre. « Quatre colonnes à la une ». On va même avancer la sortie du « Vent de Cherbourg » à lundi pour être au plus près de l’actualité. C’est dire ! Il est même prévu d’enchaîner les articles sur plusieurs numéros. En plus, si Cherbourg gagne, on explose les ventes !

 

* * *

Après la disparition de Turpin dans La Mort rôde sur la rade, le premier polar d’Arnaud Roquier, le lieutenant Médard et Jeannette Brismond deviennent les personnages centraux dans Chauffés à blanc pour cartons rouges. Médard mène deux enquêtes parallèles à Cherbourg, suite à la mort d’une vieille dame à l’issue du match de foot de coupe de la ligue entre le Central Olympique de Paris et l’AS Cherbourg.